Il arrive que l’on soit obligé de forcer avec nos outils de jardinage, pour bêcher, pour piocher, pour creuser …

Qui n’a jamais vu, dans ces circonstances, son manche d’outil en souffrir ?

Pour réduire le risque de le casser, plusieurs précautions s’imposent :

  • bien sûr, d’abord choisir du bon bois bien solide (du frêne, par exemple)
  • ensuite, prendre soin de son manche (le nettoyer, le rentrer à l’abri, le nourrir en passant un peu d’huile de lin …)
  • mais il est surtout important de l’emmancher dans le bon sens.

Il faut, en effet, tenir compte du sens du bois, en regardant bien comment sont disposées les couches successives de croissance. Le manche casse principalement par séparation de deux couches entre elles. Il faut donc disposer les couches de telle sorte qu’elles soient le moins possible soumises à effort.

Manche mal installé

Manche mal installé

Illustrons ce qu’il ne faut pas faire par un exemple :

Sur cette bêche, le manche a été positionné de telle manière que les couches se trouvent parallèles à la bêche elle-même.

Dès qu’il y a eu forçage, les couches se sont séparées et le manche s’en trouve maintenant fragilisé. Il ne tiendra pas longtemps désormais.

La bonne orientation du manche

La bonne orientation du manche

Voici un meilleur emmanchage :

Cet outil, le « râtout », c’est-à-dire le râteau qui fait tout, est intéressant pour notre sujet, car c’est un outil qui s’utilise sur les 4 côtés : à droite c’est le râteau classique, à gauche c’est la fonction nivellement ou désherbage de surface, en bas, il sert à tracer des sillons et enfin, en haut, il est utilisé pour creuser ou couper des racines.

Le manche est donc soumis à beaucoup plus fort risque de casser lorsque l’outil est utilisé pour les deux fonctions du bout. C’est pourquoi, les couches, que l’on voit bien sur le bout du manche, sont positionnées verticalement. Grâce à ce positionnement le manche risque beaucoup moins de casser à l’effort.

NB : Pour en savoir plus sur le râtout, cliquer sur l’image ci-dessous

Le râtout

Le râtout