Pour réussir un semis en pleine terre, il faut, entre autres bonnes conditions, que le sol soit bien réchauffé et qu’il reste frais.

Pour le réchauffer

Si le sol n’est pas très chaud, il est possible de le réchauffer un peu en épandant sur le semis du terreau noir. La couleur noire capte et emmagasine les rayons du soleil.

Sachez aussi qu’une couche de fumier de cheval a cette faculté très appréciable de chauffer le sol par en-dessous. L’effet produit est encore plus significatif si la zone peut être recouverte d’un châssis.

S’il vous est difficile de réchauffer le sol, mieux vaut attendre. Un semis, plusieurs semaines plus tard, et levant dans de bonnes conditions donne de bien meilleurs résultats qu’un semis précoce dans une terre insuffisamment réchauffée.

Pour le maintenir frais

Si, au contraire, le sol risque de s’assécher par trop forte chaleur, une couverture du sol permettra de réduire l’évaporation, le temps de la levée du semis.

Bon nombre de techniques sont utilisables : des journaux, des sacs de jute humidifiés, de la paille et bien d’autres encore …

Dès que la levée est faite, retirer cette couverture du sol pour que les plantes puissent bénéficier du maximum de lumière, et n’oubliez pas d’arroser régulièrement ou de mettre un paillage définitif. Vous pouvez aussi installer une ombrière s’il fait vraiment trop chaud.

Personnellement, je considère que les jours qui suivent la levée nécessitent nettement plus de vigilance que la levée elle-même.