Rosa 'Pierre de Ronsard'

Rosa ‘Pierre de Ronsard’

Le rosier ‘Pierre de Ronsard’ a été le roi incontesté de la roseraie, cette année encore. L’an dernier, il nous avait quelque peu déçu, au point que j’étais inquiet sur sa santé. Mais cette année, le revoilà dans toute sa splendeur. Sans doute, parce que l’été fut chaud et sec.

C’est un rosier grimpant aux tiges souples. Aux Jardins du Gué, ses plus longues tiges mesurent 2 m à 2,5 m. Il est très florifère et ses fleurs tiennent bien quand le temps est sec. J’admire ses grosses fleurs très doubles, très serrées, rose tendre. Son parfum est plutôt discret, mais elle est tellement belle. Pas étonnant qu’elle ait été désignée « Rose favorite du monde entier » en Mai 2006.

Voici ce qu’en dit Anne-Sophie Rondeau (La grande famille des roses), citée par le site de Meilland, son talentueux créateur (http://www.meilland.com/pierrederonsard/index.html)

Pierre de Ronsard, la bien nommée, n’est autre que celle pour laquelle le cœur s’enflamme, celle dont chaque pétale est un sonnet, chaque nuance une douceur de l’âme, celle de notre poète « Pierre de Ronsard ».

C’est un rosier grimpant, de ceux qui entourent dans les tableaux anciens une madone dans son jardin de nuages, une rose très pâle, aux cent pétales, serrés en sphères denses, s’épanouissant en quartiers à l’ancienne, finement ourlés de rose vif comme pour mettre en valeur le soupçon vert de l’avers et la teinte vert pâle des petits boutons ronds.

Rosa 'Pierre de Ronsard'

Aux Jardins du Gué, le rosier ‘Pierre de Ronsard’ grimpe sur la pergola qui couvre l’escalier central de la roseraie. On peut ainsi admirer ses roses à la fois par le côté et par le dessous, cette dernière perspective étant sans doute une des plus intéressantes.

A Cassandre
Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.
Las ! Voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, Las, ses beautés laissé choir !
O vraiment marâtre Nature,
Puisqu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.