On peut résumer et simplifier l’évolution des plantes en 7 grandes étapes déterminantes, s’étalant sur environ 1 milliard d’années.

Des-bactéries-aux-orchidées9

1 – La cellule nucléée ou la reproduction sexuée : la cellule est l’unité constitutive de base de tous les êtres vivants. Les Procaryotes (Bactéries et Cyanobactéries) ont une cellule sans noyau, réalisant une division simple pour se multiplier. La première étape du progrès fut celle de la cellule avec noyau, caractéristique des Eucaryotes, et avec elle apparait la reproduction sexuée qui permettra une extraordinaire croissance de la diversité biologique.

2 – La photosynthèse des chlorophylles a et b ou la couleur verte : La photosynthèse est le mécanisme essentiel chez les plantes, par lequel elles fabriquent les substances nutritives dont elles ont besoin à partir de molécules d’eau et de gaz carbonique et grâce à l’énergie de la lumière. Cette photosynthèse existe déjà chez les Procaryotes, mais avec les Thallophytes (le monde des algues) une nouvelle étape sera franchie dans ce domaine. Une partie des algues ne synthétise que les chlorophylles a et c (algues brunes ou algues rouges …). Mais les Chlorophytes (les algues vertes) synthétisent les chlorophylles a et b, les deux chlorophylles que l’on va retrouver ensuite dans l’ensemble du monde des plantes vertes.

3 – La protection de l’oeuf : jusque là, le gamète femelle était constitué d’une cellule nue. Avec les Bryophytes (les mousses, les hépatiques …), le gamète femelle est protégé par un archégone, organe qui a la forme d’un petit vase et dont le centre appelé oosphère contiendra l’oeuf après fécondation. C’est la première étape de protection de l’embryon. Nous en verrons deux autres ultérieurement.

4 – Des tiges et des racines : les algues n’ont ni tiges, ni racines, elles forment simplement des lames souples (des thalles), d’où le nom de Thallophytes. Avec les Bryophytes (les mousses, les hépatiques …), commencent à apparaître des tiges et des rhizoïdes, préfiguration des racines. Ainsi, la plante commence à acquérir la forme classique qu’on lui connait avec racines, tiges et feuilles, certes rudimentaires encore chez les Bryophytes, mais pleinement épanouie chez les autres Cormophytes (étymologiquement = « plantes à tiges »).

5 – L’appareil vasculaire : il s’agit de l’ensemble des vaisseaux qui acheminent la sève brute des racines vers les feuilles et la sève élaborée des feuilles vers l’ensemble de la plante. Cet appareil vasculaire n’existe pas chez les Bryophytes (mousses), mais avec les Ptéridophytes (le monde des fougères, des prêles, …), le voilà pleinement opérationnel.

6 – La graine ou la sortie du monde aquatique : tous les embranchements de végétaux vus jusqu’alors ne produisent pas de graines. La reproduction se fait par l’intermédiaire de spores. Avec les Spermatophytes (Gymnospermes et Angiospermes), une nouvelle étape très importante est franchie et cette étape est double : le vecteur de reproduction devient la graine qui protège mieux l’embryon et dont la faculté de germination est très nettement supérieure à celles des spores et surtout, avec la graine tout se passe hors de l’eau, alors qu’avec les spores la fécondation ne pouvait se réaliser qu’avec le concours de l’eau. Ainsi les plantes vont pouvoir s’éloigner davantage encore du milieu aquatique qui les a vues naître.

7 – Le fruit : chez les Gymnospermes (les conifères, cycas, gynkgo, …), la graine est nue. D’ailleurs, étymologiquement, Gymnosperme signifie « graine nue ». Avec les Angiospermes se réalise la dernière grande étape de l’évolution des plantes. Elle concerne à nouveau la protection de l’embryon avec l’apparition du carpelle chez les Angiospermes (en grec, Angeion = pot, récipient), c’est-à-dire l’ovaire qui va protéger et nourrir la graine et qui constituera en phase finale le fruit dans lequel on trouvera la (ou les) graine(s). C’est là que commence le monde des « plantes à fleurs vraies ». Aujourd’hui, ce sont les Angiospermes qui dominent la flore très largement par le nombre d’espèces, comme en témoigne ce qui suit.

Nombre d’espèces correspondant à ces différentes étapes de l’évolution des plantes :

  • les Procaryotes : environ 3 500 espèces.
  • Les Algues, autres que les Algues vertes : plus de 15 000 espèces connues.
  • Les Algues vertes : environ 8 000 espèces.
  • Les Mousses et hépatiques (Bryophytes) : environ 23 000 espèces.
  • Les Fougères (Ptéridophytes) : environ 11200 espèces.
  • Les Gymnospermes : plus de 600 espèces.
  • Les Angiospermes : environ 240 000 espèces !

Les Embranchements correspondant à ces grandes étapes :

Rappel : L’Embranchement est le deuxième niveau de la classification des espèces vivantes, entre le Règne et la classe. Le nom des embranchements se termine toujours par le suffixe « phytes ».

  1. Parmi les Thallophytes :
      • les Pyrrhophytes (algues du plancton marin)
      • les Chrysophytes
      • les Phaeophytes (algues brunes)
      • les Rhodophytes (algues rouges)
      • les Xanthophytes
      • les Euglénophytes

    NB : tous les embranchements précédents sont plutôt classés maintenant dans les Règnes des Protistes ou des Chromistes.

    • les Bacillariophytes (Diatomées)
    • les Chlorophytes (algues vertes)
    • les Charophytes (ou Charophycées, lorsqu’on les intègre dans les Chlorophytes)
  2. Parmi les Cormophytes (ou Trachéophytes)
    • les Bryophytes (mousses et hépatiques)
    • les Psilophytes (fougères tropicales)
    • les Lycophytes (lycopodes)
    • les Sphénophytes ou Equisétophytes (prêles)
    • les Ptérophytes (fougères)
    • les Cycadophytes (cycas)
    • les Ginkgophytes (le ginkgo biloba, seul rescapé)
    • les Coniférophytes ou Pinophytes (conifères)
    • les Gnétophytes
    • les Magnoliophytes (plantes à fleurs).

C’est parmi les Magnoliophytes que se trouvent les Orchidées, une famille parmi beaucoup d’autres dans cet Embranchement, mais sans doute une des plus récentes et des plus évoluées. L’évolution continue. Elle n’est pas, bien sûr, à échelle humaine. Mais que de chemin parcouru entre la Bactérie et l’Orchidée !