J’ai, pendant longtemps, eu bien du mal à distinguer ces trois types de plantes en forme d’artichaut que sont les sempervivum, les jovibarba (sempervivum et jovibarba sont communément appelées joubarbes) et les echeveria.

La confusion entre Jovibarba et Sempervivum n’est pas trop grave, dans la mesure où leur mode de culture est similaire. Par contre, il importe de bien distinguer les Echeveria, car ils ne sont pas rustiques du tout alors que les Joubarbes peuvent passer l’hiver à l’extérieur sans aucun problème (si ce n’est l’excès éventuel d’humidité).

Les experts discutent encore de l’opportunité de constituer un Genre à part entière avec les Jovibarba, ou de les classer en sous-espèces des Sempervivum. Je retiendrai, pour ma part, le parti de les séparer en deux Genres différents, ne serait-ce que parce qu’il n’existe aucun hybride naturel entre ces deux types de plantes, alors même qu’elles vivent dans les mêmes régions.

Jovibarba hirta purpurea

Jovibarba hirta purpurea

Venons-en donc à leurs différenciation. Je laisserai de côté les différences microscopiques ou chromosomiques que chacun n’a pas forcément les moyens d’observer pour ne retenir que les critères détectables à l’œil nu.

La multiplication des Sempervivum se fait par des stolons sur lesquels se développent les nouvelles rosettes, alors que, pour les Jovibarba, les rosettes apparaissent directement sur le pied mère pour ensuite s’en détacher et s’enraciner.

Sempervivum en fleur

Sempervivum en fleur

Les fleurs des Sempervivum sont des fleurs étoilées à nombreux pétales (fleur actinomorphe), alors que celles des Jovibarba sont campaniformes (en forme de campanule ou de clochette) et constituées de 6 (ou 7) pétales. Quant à la floraison des Echeveria, elle est constituée de 5 fleurs séparées tubulaires. La floraison des joubarbes émergent au centre de la rosette, celle des Echeveria émerge sur les côtés de la rosette.

Echeveria peacockii

Echeveria peacockii

Enfin, dernier point important, les joubarbes sont monocarpiques, c’est-à-dire qu’elles ne fleurissent qu’une fois, puis meurent, alors que les Echeveria sont polycarpiques et peuvent donc refleurir régulièrement sans mourir après la floraison.